Bandeau
Esperanto Le Mans
L’ Espéranto dans la Sarthe

Bienvenue sur le site du G.E.M. (Groupe Espéranto du Maine).

Vous y découvrirez :
- notre association,
- l’histoire et l’actualité de la langue internationale Espéranto en Sarthe et aux alentours,
- comment apprendre l’Espéranto près de chez vous,
- Un atelier de traduction
Vous y trouverez
- des visiteurs étrangers,
- des moments pour chanter ensemble en Espéranto …
- des envies de voyager autrement,
- et les diverses applications de la langue internationale…

N’hésitez pas à nous contacter pour vous renseigner, ce sera un plaisir de vous rencontrer si vous le souhaitez.

Bonne visite

logo article ou rubrique
Fêtes espérantistes

En 1908, les banquets sont importants pour aider "à la cause".
Beaucoup de personnalités officielles y participent.
(page 7)

Article mis en ligne le 5 avril 2020
dernière modification le 20 mars 2020

Paris


Le groupe espérantiste de Paris donnait, le 26 avril après-midi, une matinée artistique très réussie dans la salle des fêtes du Journal.

Dans la soirée, un grand banquet a réuni, à l’Hôtel Moderne sous la présidence du général Sebert, membre de l’Institut et président du comité permanent des Congrès d’esperanto, les adhérents et invités, auxquels étaient venus se joindre de nombreux délégués étrangers. À la table d’honneur avaient pris place, aux côtés du général Sebert : MM. le Dr Cunningham, délégué anglais, organisateur du Congrès de Cambridge ;Boirac, recteur de l’Académie de Dijon ; Cabrol, représentant M. Mouquin, directeur des recherches et espérantiste convaincu ; Benoît, directeur du Bureau international des poids et mesures ; Bourlet, professeur au Conservatoire des arts et métiers, président du groupe de Paris ; Bricard, vice-président, et Chaussegros, secrétaire du même groupe ; Berson, président du syndicat des pharmaciens de France ; Mmes de Ménil, Brucker, Duminy, R. Hoebane, etc.

Au champagne, après avoir donné lecture d’un télégramme du Dr Zamenhof et de diverses lettres d’excuses, le général Sebert, dans une allocution très heureuse, exprima l’espoir que le gouvernement français, sur lequel toutes les nations ont résolu de se guider, prendrait l’initiative d’envoyer un délégué officiel au prochain Congrès international espérantiste qui se tiendra à Dresde. Après lui, MM. Bourlet, Boirac, Moch et Mme du Ménil, portèrent différents toasts en esperanto, tous très applaudis. Ensuite, tous les convives, debout, chantèrent avec recueillement "la Espero" hymne espérantiste. (Le Journal)

 

Amiens


La Presse a rendu compte, en des articles fort élogieux, de la fête espérantiste organisée par le groupe et le club espérantistes d’Amiens. Voici quelques détails empruntés au compte rendu publié par le Progrès de la Somme.
Une vingtaine de villes de la région du Nord ainsi que de divers groupes anglais et allemands, ont répondu, le 26 avril dernier, à l’invitation des groupes Amiénois. Après une cordiale réception à la Société industrielle, près de 250 convives se trouvèrent réunis pour banqueter à midi et demi. M. Fiquet, député-maire, présidait. À ses côtés on remarquait M. le général Michel, commandant le IIe corps d’armée et son officier d’ordonnance, M. Jacques Bouffard, représentant M. le Préfet, M. Guerlin, président de la Société Industrielle, les Présidents et Membres des comités des deux associations espérantistes d’Amiens, etc.

Au dessert, M. Tassencourt président du G.E.A. remercie d’abord en français les autorités ; puis en esperanto, il porte la santé de ses hôtes. Alors, M. Fiquet se lève pour souhaiter, au nom de la ville d’Amiens, la bienvenue aux Espérantistes, et dit combien il estime le mouvement espérantiste et tous les services que peut rendre la langue auxiliaire, soit comme organe de relations internationales, soit comme instrument de concorde et de paix entre les nations.Plusieurs orateurs parlent ensuite, puis après que les différents délégués étrangers ont porté des toasts à la France et à la langue universelle, on se rend, vers trois heures, au préau de l’école Janvier où une matinée concert très réussie retint jusqu’à la nuit la foule des auditeurs.


M. Cauvin, sénateur et président d’honneur du groupe, qui n’avait pu assister au banquet, avait tenu à venir témoigner par sa présence de l’intérêt qu’il porte à la cause de l’Esperanto.


Enfin un lunch, où M. Cart vint apporter les compliments du groupe de Paris et un bal animé terminèrent cette fête toute fraternelle, qui fait honneur aux groupes espérantistes amiénois.


Le Gérant  : Lepeltier