Vers la fédération

À l’exemple de leurs frères d’Angleterre, d’Allemagne et d’Amérique, les groupes espérantistes français se sentent attirés par un courant irrésistible vers l’organisation fédérative. (1908)

Article mis en ligne le 2 mai 2020
dernière modification le 5 mai 2020

Cette nouvelle organisation qui semble bien nécessaire à la période actuelle de la propagande, aura peut-être pour conséquence la transformation de l’ancienne organisation de la Société française de propagation de l’Esperanto. Mais il faut reconnaître la supériorité de la fédération qui, par son organisation méthodique dans diverses régions, pourra procurer une vitalité plus grande à certains groupements. Enfin en collaboration avec les Syndicats d’initiative, les fédérations régionales pourront faire entre l’Esperanto dans la vie pratique et étendre les relations internationales en s’adressant à la clientèle touristique.

Les groupes de Dijon et de Beaune paraissent avoir pris les premiers l’initiative d’un tel mouvement et, à la suite de leurs efforts, la fédération de Bourgogne comprenant 17 groupes fut constituée. Peu après les groupes de la région de Paris au nombre de 23 s’organisèrent eux aussi en fédération. L’impulsion était si bien donnée que le mouvement devait se produire. C’est ainsi que l’on nous annonce pour le 19 juillet à Lisieux, un congrès régional des groupes espérantistes de Normandie et que l’on nous fait prévoir encore la formation d’autres fédérations.

Notre groupe du Mans n’a pas voulu rester étranger à ce mouvement, et nos lecteurs pourront se rendre compte de son action, dans ce but, par la lecture du rapport suivant que nous a remis M. Lebatteux, délégué par le groupe le représenter à Blois.


Fédération espérantiste du centre-ouest

"Le dimanche 5 juillet, se sont réunis à Blois, sur invitation du Groupe de cette ville, 120 Gesamideanoj, venus d’Orléans, Tours, Le Mans, Bourges, La Flèche, Angers, VIerzon, Romorantin, Châteaurenault.

Une visite du château de Blois, une promenade à travers les rues de la ville, une excursion au château de Chambord, inscrites au programme dela journée, ont réuni la plus grande partie des touristes. Un banquet de 120 couverts, les a tous rassemblés à l’Hôtel de la Croix de Malte, et tous ont fait honneur au menu, ainsi composé :

Almanĝaĵoj,
Ŝinkaj pasteĉetoj,
Brebant’ bovlumbaĵo,
Pizetoj laŭ la Franca modo,
Ŝaffemuro de l’salherbejo,
Salato,
Kuketoj, fruktoj, biskvitoj, kafo, likvoroj.

Les chants espérantistes et les discours, en Esperanto, naturellement, ont eu le plus vif succès.

Sur l’initiative du groupe de La Flèche, une fédération régionale, dite du Centre-Ouest, a été constituée, et comprendra les Cher, Indre, Deux-Sèvres, Mayenne. Le but de cette fédération est de favoriser la propagande de l’Esperanto, par des conférences, par la constitution de nouveaux groupes, par des réunions amicales permettant aux gesamideanoj de resserrer les liens qui les unissent.

Nous adressons à nouveau tous nos remerciements aux Espérantistes Blaisois, pour le chaleureux accueil qu’ils ont fait aux représentants des autres groupes, et nous espérons que l’an prochain, sous les auspices de la jeune fédération, de plus nombreux gesamideanoj se réuniront sous les plis des verdaj standardoj."

Comme on peut le voir La France espérantiste travaille et s’organise avec la plus grande confiance dans l’avenir. S’en tiendra-t-elle là, sinon quel sera le lien national de ces fédérations entre elles, nous ne pouvons encore le prévoir. Nous ne pouvons que former les voeux les plus ardents pour le triomphe définitif de ce cher Esperanto que nous devons au Docteur Zamenhof et nous ne saurions trop louer les efforts de ses fidèles adeptes.